Le report des « visites médicales du travail » en charge des services de prévention et de santé au travail (SPST) au profit de la vaccination vient de faire l’objet d’un amendement du gouvernement adopté par l’Assemblée nationale.

Et ce n’est pas une première ! Déjà, par 2 fois, en décembre 2020 puis février 2021, des ordonnances ont permis la reprogrammation de ces visites.

Or, comment de telles décisions peuvent-elles être prises en l’absence de remontées chiffrées sur le nombre de visites médicales réalisées par les SPST en France, par conséquent, sans vision claire de l’activité de ces services et en total méconnaissance de l’ampleur du temps susceptible d’être dégagé pour la vaccination ?

En pleine crise sanitaire, un tel arbitrage à l’aveugle est plus que problématique !

En effet, comme on le sait, c’est dans l’agilité inédite de l’ensemble des collectifs de travail et leur faculté d’adaptation exemplaire pour faire face à une situation évolutive, incertaine et préoccupante que l’activité économique de notre pays a trouvé son salut.

Les conséquences en terme de dégradation de la santé des salariés sont malheureusement réelles et bien identifiées : alertes réitérées des différents  observatoires sur les risques psychosociaux, augmentation significative des maladies psychiques, sans compter les autres pathologies dues aux mauvaises conditions de travail en situation de continuité de travail à domicile.

Donc, plus que jamais, et en pleine crise sanitaire il est indispensable de maintenir les visites médicales du travail des salariés et ne pas les reporter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.