Handicap : 11 février 2005 – 11 février 2020, tout un symbole !

Alors que s’ouvre la Conférence nationale du handicap à l’Élysée, le jour du 15e anniversaire de la loi de 2005, la CFE-CGC rappelle son engagement au service des salariés en situation de handicap.

La loi du 11 février 2005 intitulée « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » a quinze ans. À cette occasion, la CFE-CGC rappelle l’engagement quotidien et les actions menées par le syndicat de l’encadrement au service des salariés en situation de handicap.

Beaucoup d’annonces sont faites pour moderniser l’accès aux droits et notamment raccourcir les délais d’obtention de la reconnaissance administrative de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) auprès des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Récemment, la revalorisation de l’allocation adulte handicapée (AAH) est passé progressivement de 810,89 à 900 euros pour une personne seule depuis novembre 2019.

La CFE-CGC reste toutefois mesurée à l’occasion du quinzième anniversaire de cette loi structurante. Et pour cause, il reste tellement à faire !

La CFE-CGC salue le volontarisme affiché sur des champs comme l’accès aux droits, la scolarité et l’égalité des chances, l’insertion professionnelle ou encore l’accessibilité au logement, aux bâtiments et aux loisirs. Le bilan des quinze dernières années va plutôt dans le bon sens et il est conforme à l’esprit de la loi du 11 février 2005.

L’HEURE EST PLUS QUE JAMAIS À L’ACTION

L’heure est plus que jamais à l’action. La CFE-CGC poursuit, sans relâche, son combat quotidien pour conseiller, assister et représenter les travailleurs handicapés et les salariés dont un proche est handicapé. Nous sommes plus que jamais mobilisés pour faire face à toutes les évolutions sociétales et au développement de nouvelles formes de handicap, en particulier le handicap psychique.

À ce titre, la dernière convention signée en novembre 2019 avec l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (AGEFIPH) nous engage à une prise en compte de cette pathologie qui reste méconnue. Le handicap psychique est pourtant la première cause d’arrêt de travail selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour qui, depuis 2020, la pathologie devient la première cause de handicap dans le monde.

En parallèle, la CE-CGC s’attache à toujours mieux former un nombre croissant de militants et d’adhérents pour négocier de solides accords handicap dans l’entreprise et au sein de la fonction publique. Quatre modules de formation sont ainsi à leurs dispositions, ainsi que des fiches réflex handicap, un handiblog, des BD et des quizz, sans oublier la tenue de nombreux colloques afin d’informer et de nourrir les débats.

UN COLLOQUE CFE-CGC LE 30 MARS SUR LE HANDICAP PSYCHIQUE ET L’ÉGALITÉ DES CHANCES

À ce sujet, la CFE-CGC organise, le 30 mars prochain à l’Espace Diderot (75012), un grand colloque handicap intitulé « Handicap psychique, handicap invisible : égalités des chances et si on en parlait ? », en présence notamment de François Hommeril, président de la CFE-CGC, et de nombreux institutionnels.

Mobilisée 365 jours par an face à toutes les formes de handicap pour conseiller, assister et représenter les travailleurs handicapés et les salariés dont un proche est handicapé, la CFE-CGC va en particulier travailler, cette année, sur les sujets « femmes et handicap », « le handicap numérique », « les enfants en situation de handicap », tout en poursuivant ses actions sur le handicap psychique.

Parce que le handicap est la première discrimination dans notre pays et dans le monde du travail, nous restons plus que jamais attentifs et dans l’action pour être force de proposition !

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *