Les chômeurs survivront-ils dans un environnement de crise avec des règles de plein emploi ?

Cela fait un peu plus de quatre mois que les règles d’accès à l’assurance chômage ont été modifiées.

Le 1er avril, doivent entrer en action les nouvelles règles de calcul de l’indemnité chômage puis, le 1er mai, les premières applications de la dégressivité des allocations chômage pour les cadres.

Dès le départ, la CFE-CGC a dénoncé la nouvelle philosophie de calcul des droits qui n’avait pour but que de pénaliser les demandeurs d’emploi et de faire ainsi des économies.

Cette philosophie partait du postulat que les chômeurs étaient des fainéants et qu’ils ne restaient au chômage que pour prendre du bon temps. Toutefois les études montrent que 50% des personnes indemnisées travaillent chaque mois et qu’elles arrêtent en général les formations dès qu’elles retrouvent un emploi.
De plus, pour résoudre un effet de bord concernant une minorité de personnes, la solution retenue impacte l’ensemble des demandeurs d’emplois et désincite fortement à cumuler chômage et emploi compte tenu de l’impact sur les droits futurs.
Enfin, ces mesures ont été mises en œuvre par le gouvernement dans l’optique d’un plein emploi envisagé, (fantasmé ?) : 7% de chômage en 2022 et 5% en 2025.

Aujourd’hui, alors que la conjoncture se retourne et que l’économie ralentit fortement sous l’effet d’une grave crise sanitaire, les règles prévues ne sont pas en phase avec les problématiques rencontrées par les entreprises et les salariés. Ces dispositions ne feront qu’accroître le malaise économique, abaissant de façon drastique les revenus des indemnisés et impactant négativement la consommation des ménages. Ces mesures accentueront également le manque de main d’œuvre pour les contrats de courte durée lorsque la crise sanitaire sera finie et qu’elle aura ralenti la reprise économique du pays.

C’est pourquoi, pour le bien des chômeurs, de l’économie française et des entreprises, la CFE-CGC demande instamment au gouvernement de faire preuve de bon sens en abandonnant la mise en œuvre des nouveaux modes de calcul des indemnités et de la dégressivité.

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *